Déclaration du Collectif lors de la manifestation du 9 décembre 2017

 

 

 

Le Collectif de Défense des Services Publics en Sud Luberon, comme son nom l’indique se veut être un défenseur des Services Publics. Nous avons il y a quelques années été devant pour défendre le Centre de Tri Postal de Pertuis et les bureaux de Poste dans les villages, nous avons aussi été aux côtés du personnel soignant et des usagers de l’Hôpital de Pertuis quand les graves menaces de fermeture se faisaient jour.

Aujourd’hui, c’est notre gare sur laquelle s’amoncellent de lourds nuages noirs annonçant sa fermeture.
Notre gare, nous le savons offre beaucoup plus de possibilités que celle qui est utilisée depuis l’ouverture en 2001 au TER Marseille Pertuis. Rappelons-nous que la réouverture a été la résultante d’un très dur combat (27 ans) mené par l’implication de la population du Sud Luberon avec l’appui des élus locaux et surtout régionaux.

 

Hélas dès le redémarrage en 2001 une tarification absurde concurrencée par des cars qui bénéficient iniquement de subventions de la CPA a fortement plombé son activité. La SNCF ne jouant pas non plus le jeu, souvent par manque de personnel, le service est perturbé volontairement par des retards ou des suppressions inacceptables. Quand un conducteur manque sur une autre ligne, il est remplacé par un de la ligne Marseille Pertuis.

 

Toutefois il est faux de parler de sa faible fréquentation, la semaine dernière les militants de notre Collectif ont voulu faire une distribution de tracts, nous avions 100 tracts à distribuer, nous n’en avons pas eu assez pour couvrir les 2 trains du soir.

Notre gare devrait, de par sa configuration, être une gare de croisement sur la ligne Avignon-les Alpes avec embranchement vers Marseille.

Sa multiplicité de voies et d’aiguillages devrait lui redonner son rôle de triage du fret.

Elle a hébergé dans un passé pas si lointain la division VB, elle pourrait toujours assumer cette fonction.

L’emplacement de l’ancien dépôt des locomotives à vapeur pourrait devenir un espace pour un atelier de réparation et d’entretien etc…

Mais depuis les directives Européennes de privatisation en 1991 en 4 paquets, les atouts de notre gare n’intéressent plus les décideurs, son activité est résumée à la liaison TER vers seulement Aix Marseille, le fret ayant subi dans toute la France la préférence absurde du « tout camion », il est devenu dérisoire aux yeux des politiques et de la direction de la SNCF de vouloir relancer cette activité dans une petite ville.

 

La fermeture (provisoire nous assure-t-on, mais on nous a si souvent menti) va entrainer des difficultés pour les gens du Sud Luberon et des Bouches du Rhône à se rendre à Aix ou Marseille.

La pollution routière va s’aggraver, les travailleurs et les étudiants qui sont les plus gros utilisateurs sans oublier les handicapés (qui bénéficient d’attention dans les trains) vont subir le remplacement très complexe par des bus dont certains directs vers Marseille et d’autres en liaison avec les TER des Alpes à Meyrargues ; il est à craindre que les embouteillages quotidiens des entrées d’Aix et de Marseille ne permettront pas aux bus d’assumer le service comme il faut.

Cette régression ne sera pas incitative à utiliser ces services, donc la fréquentation qui se réduira sera un argument pour ne plus refaire venir les trains à Pertuis et la délaisser complètement comme ont subi d’autres gares de la région (Apt par exemple).

Vive le collectif

Vive le collectif

Bien entendu et sans chauvinisme ou esprit de clocher, la fermeture de Pertuis nous affecte tout particulièrement, mais nous affectent aussi toutes les atteintes aux Service Publics ailleurs dans notre pays.

Le triage de Miramas, un hôpital dans le Nord, la fermeture d’un centre EDF sont aussi pour nous un grand malheur et une atteinte inacceptable aux Services Publics.

Les Services Publics sont un vecteur d’égalité : ils mettent aux mêmes rangs les habitants des campagnes les plus retirées et les habitants des plus grandes villes en mutualisant les charges et en apportant le progrès, un service de qualité. Beaucoup de maisons ou de fermes retirées ne pourraient bénéficier du téléphone, de l’électrification si on avait facturé le service au prix coûtant de l’installation.

Les SP permettent à tous de bénéficier des modernisations les plus récentes : Internet, Transport, Santé, Communication, Distribution d’eau etc…

Le traitement doit être le même pour tous car la possibilité de bénéficier des SP est un droit citoyen issu d’une appropriation collective citoyenne.

Les SP ne doivent pas avoir une finalité de rentabilité, c’est l’État par le biais de l’impôt qui doit en assurer le bon fonctionnement pour le bien-être de tous.
Partout en France, des Collectifs comme le nôtre se battent pour le maintien et le développement des SP, pour rejeter les directives Européennes qui, obnubilés par les théories du Capitalisme le plus sauvage, veulent nous entraîner irrémédiablement vers leur privatisation.

En ces temps, où il est beaucoup question de République de droit des citoyens, il est utile de rappeler qu’une des principales revendications du Peuple Français en 1789 c’était un traitement égalitaire pour tout le Monde sur tout le territoire. Ce principe a été inscrit par la jeune République Française dans les « Droits de l’Homme et du Citoyen », la Constitution de la V° République datant de 1958 s’appuie sur cette déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Beaucoup de nos dirigeants actuels sont plus préoccupés par la rentabilité financière, par les dividendes des actionnaires, par la dette créée de toutes pièces pour asservir les Peuples que par ce principe égalitaire.

Nous, Collectif, ne sommes pas là pour faire du lobbying, nous voulons restituer ce principe d’égalité, nous ne voulons pas d’un « pistonnage » par des élus influents ; ce qui, bien entendu ne veut pas dire que nous méprisons ce que font nos élus locaux.

On nous a fait croire dans les années 60 que la création de la CEE engendrerait de grands services publics Européens, Transports, Santé, Énergie, Communication, Poste etc… Sous prétexte de modernisation, de dette financière (dont les Peuples ne sont pas responsables), de subventionnement des dividendes des actionnaires (CICE), on parle de réduire la participation des états aux financements des SP, on ne nous offre aucune autre solution que l’émiettement et la privatisation.

La Région PACA a refusé de subventionner le maintien d’un service de TER Pertuis Aix, on parle de 850.000 €, ce qui est plus qu’abusif, ainsi que l’a relevé M. le Maire.

Toutefois, nous en déduisons à en croire M. Muzelier que si les trains Marseille Pertuis étaient maintenus la Région budgèterait donc cette somme ? Et donc nous en déduisons logiquement aussi que les cars qui seront mis en place fonctionneront gratuitement ?

Cette somme retirée du financement des TER, où sera-t-elle employée ?

Rappelons la directive Européenne de 1991 préconisant la privatisation du Service Public ferroviaire, cette privatisation sera effectuée en 4 paquets. Les privatisations du fret, des voies des infrastructures ont passé quasiment inaperçue, mais le Parlement Européen a voté 15 juin 2016 pour le 4° paquet, le service voyageurs.
Le rapport Estrosi veut faire de la PACA un modèle pour les privatisations, il veut laver plus blanc que blanc, il parle d’ici 2022 de la suppression de 4 lignes de TER, alors que la région Occitanie, conduite par une majorité de Gauche (PS-PCF), elle dans le même temps refuse ce diktat de privatisation, elle parle de rouvrir des lignes et même de remettre les rails, là où ils ont été enlevés (ligne Montréjeau-Foix par exemple)

L’atteinte à notre gare est une ignominie, elle fait partie du la volonté de supprimer les « canards boiteux » pour pouvoir vendre le réseau régional au meilleur prix au secteur privé qui ne se souciera plus des services rendus aux usagers mais uniquement de la rentabilité et des dividendes des actionnaires.
Véolia, Thot, Deutsch Banh et d’autres trépignent d’impatience pour participer à la curée.

La privatisation de la SNCF entraînera la réduction voire la suppression de certains services de certaines liaisons, (ça a déjà commencé) argumentant la faible fréquentation sans tenir compte d’horaires et de tarification inadaptés qui l’ont amené.

La privatisation du fret a amené sur les routes 500 000 camions de plus, le trafic marchandises par le rail ne représente plus aujourd’hui que 10 % alors qu’il représentait 38 % dans les années 80, pendant que l’on culpabilise les citoyens qui roulent dans de vieux véhicules Diesel parce qu’ils n’ont pas les moyens de renouveler.

Quel scandale !


Le rail est le transport de l’avenir, la puissance nécessaire au déplacement par voyageur est divisée par 4 dans des trains grandes lignes par rapport à un transport par car, elle divisée par 10 par rapport à un déplacement individuel (automobiles). Elle est divisée par 5 pour du fret par rapport au transport par camions. Le rail est le moyen de transport le moins couteux, l’entretien d’un km de voie ferré est bien inférieur à celui d’un km d’autoroute. Il est facile électrifiable donc plus question d’émission de particules fines, de gaz carbonique ou d’oxyde carbone. La mise en place de la COP 21 signée à grand fracas de son de cors et de trompes impose sans ambiguïté non seulement son maintien mais son développement.

La privatisation entraînera des suppressions d’emplois et une régression des salaires et des conditions de travail.

Sans oublier que les suppressions de postes, les réductions d’investissements emmènent inexorablement un manque de sécurité par des voies dégradées par manque de renouvellement et d’entretien humain.
Nous Collectif des Services Publics en Sud Luberon, nous ne l’acceptons pas, Pertuisiens, habitants du Sud Luberon, voisins des cantons des Bouches du Rhône, élus, l’acceptez-vous ?

L’attitude de nos élus est courageuse et doit être signalée.

En refusant la fermeture du service TER ils se démarquent de leur alignement politique avec leur engagement LR, on a apprécié les lettres qu’ils ont adressées au Président de la PACA et à la Direction Régionale de la SNCF, le silence voire le mépris qu’elles ont eu en retour montrent quelle direction veut suivre le CR PACA.

Ceci atteste bien que si on veut le maintien de SP forts, efficaces, utiles aux populations, les politiques droitières de privatisation, qu’elle soit Européenne, Régionale ou Nationale, de la régression des SP ne peuvent pas être acceptée.

 

 

 

 

Le Collectif va œuvrer pour maintenir un Service Public Ferroviaire fort et utile aux habitants du Sud Luberon.

Nous défendrons la remise en place de la liaison ferroviaire vers Marseille, la réouverture de la liaison des Alpes vers Avignon TGV et du fret, nous nous opposerons à toute privatisation, nous soutiendrons les cheminots lorsqu’ils se battront pour maintenir ou créer des emplois. Nous interpellerons les élus afin qu’ils œuvrent dans ce sens.

Il est hors de question que notre combat pour le ferroviaire s’arrête ce soir au départ du dernier TER. La fermeture de notre ligne nous a tombé dessus sans prévenir, nous n’avons pas eu le temps de nous organiser pour alerter et rassembler la population, pour exprimer nos revendications, mais nous ne baisserons pas les bras, dès janvier 2018, nous allons faire une grande assemblée citoyenne pour redéfinir l’action du Collectif.

 

 

Retour à l'accueil