La gare de Pertuis en péril 

La gare de Pertuis, suite à de nombreuses actions citoyennes, suite à des prises de position d’élus régionaux volontaires a pu être rouverte au service voyageurs le 1 septembre 2001. Elle est restée auparavant 27 ans sans voir circuler des trains de voyageurs. Après une suppression progressive du passage des autorails Marseille Veynes Briançon, puis leur remplacement par une navette Meyrargues Pertuis tout d’abord par un antique wagon allemand (prise de la guerre 14-18) tracté par un locotracteur, puis par un service de car. 

Aujourd’hui, elle constitue le terminus de la ligne Marseille Pertuis.

La réouverture de la gare en 2001 a été accompagné de travaux d’infrastructures très lourds :

 

1-) La construction d’un nouveau viaduc sur la Durance juxtaposé à l’ancien :

      

Le nouveau viaduc

 

 

l’ancien viaduc

 

 

La SNCF ayant argumenté que l’ancien ouvrage aurait été affaibli par les rafales de mitrailleuse 12,7 de l’aviation Américaine en 1944 pour se faire financer un nouvel ouvrage par la région PACA… debout les damnés de la Terre, la raison tonne en son cratère                                                              Blacla 

 

Ces trous occasionnés par le mitraillage en 1944 ont justifié de refaire le viaduc 

 

 

2-) La modernisation de la gare :

Les bâtiments, les quais, la signalisation, la portion de ligne Pertuis-Meyrargues ont été remis à neuf à grands frais.

 

 

 

 

 

La ville de Pertuis, profitant du retour du service voyageurs a voulu créer un espace multimodal pour des cars qui desservent tous les villages du Pays d’Aix et du canton.

 

 

 

__________________________________________ 

                                              

 

Certes la réouverture au trafic voyageurs a été une formidable avancée résultant d’une volonté populaire, même si un gros problème subsiste : prix du billet sans abonnement trop cher par rapport à la route ; mais les Pertuisiens ont une impression de “pas fini” eu égard l’importance qu’a eu notre gare et les énormes possibilités qu’elle offre.

 

 

La possibilité d’allonger les quais sur plus de 600 m pourrait permettre la réception de trains très longs

 

 

Le maillage des voies et des aiguillages aujourd’hui presque inutilisés permettraient de retrouver le trafic de triage de marchandises comme il était jusque dans les années 70

 

Lors de la réouverture la liaison avec la ligne des Alpes vers Veynes, Gap, Briançon et Grenoble n’a pas été retrouvée. Il faut savoir qu’une déviation au sortir du viaduc permet d’éviter aux express de la ligne des Alpes de passer par Pertuis.

 

 

   

           Les 2 aiguillages (points M’ et point M”) qui permettent d’éviter Pertuis aux trains de la ligne des Alpes

De même l’indispensable liaison vers Cavaillon-Avignon et Avignon TGV qui pourrait s’étendre jusqu’à Manosque et au delà n’a pas bénéficié de la remise en route en 2001 et malgré l’évidence de son utilité est renvoyée en permanence aux Calendes Grecques… La ligne vers Cavaillon n’est actuellement utilisé que par du fret lourd, raréfié depuis la fermeture de l’usine Atochem à St. Auban. Le poids des convois de marchandises peut laisser penser que la ligne est prête à recevoir des trains de voyageurs sans aucun problème.

 

 

La liaison vers Cavaillon-Avignon est prête, le panneau l’indiquant est posé…

 

__________________________________________

 

Mais malgré tous ces atouts, une grave menace s’est fait jour depuis le début de cette année. La majorité au Conseil Régional ayant changé en 2014, en janvier de 2017, le rapport de M. Estrosi alors président de la région a préconisé d’étudier la fermeture de 4 lignes TER en région PACA : Pertuis-Marseille, la ligne des Alpes, Nice-Tende et Avignon-Carpentras. à part la ligne des Alpes, les 3 autres sont des réouvertures récentes et sont jugées pas assez rentables, comme si un Service Public doit être rentable !

Ensuite cet été la SNCF a programmé d’achever le doublement de la voie entre Marseille et Aix, ce sont des travaux très lourds demandant évidemment des réductions provisoires de trafic. Il est prévu que les travaux (qui doivent durer 4 ans) ne soient effectué que l’été ce qui permettrait de maintenir un service quasi normal le reste de l’année. Mais le couperet est tombé pour la gare de Pertuis : fermeture totale pendant 4 ans avec un grave soupçon de volonté de maintien de la fermeture totale après la fin des travaux.

Il faut se souvenir qu’en fin des années 60-début 70 la ligne Pertuis Cavaillon a été totalement refaite : dépose des rails et remplacement, réfection des aiguillages, des ponts etc.… pour permettre aux convois de Pechiney (aujourd’hui Atochem) à St Auban de transiter. À cet époque-là passaient 3 aller-retour de Péchiney et 1 aller-retour de la messagerie, ce qui fait 8 trains très lourd/jour (les convois de sel avoisinaient les 2000 T avec 2 locos en UM tractant).

Les travaux ont duré aux alentour de 2 ans, les moyens techniques n’étaient pas ceux d’aujourd’hui, mais il faut noter qu’en aucun moment les convois n’ont été arrêté et pourtant nous sommes en voie unique ! Les équipes du chantier déposaient des portions de voie, et faisaient en sorte qu’elles soient remise en place quand le train arrivait…

Pourquoi ne fait-on pas pareil pour la portion Aix-Marseille aujourd’hui, les convois de sel et de produits chimiques ont-ils plus d’importance que les travailleurs ou les étudiants du canton de Pertuis qui doivent rejoindre Aix ou Marseille tous les jours ?

 

Nous ne pouvons pas admettre cette fermeture intempestive, c’est une grave atteinte à nos Services Publics, et eu égard la politique que veut suivre la majorité de Droite, nous pouvons craindre une fermeture définitive ou une privatisation qui fera circuler des trains vétustes, avec moins de sécurité, l’exemple désastreux des chemins de fer de la Grande Bretagne est affligeant. 

Notre Comité sera en pointe dans les mois qui viennent pour lancer la lutte pour non seulement le maintien de son activité (liaison vers Aix-Marseille) mais aussi pour son accroissement : ouverture vers Cavaillon et Avignon TGV et vers les Alpes.

 

 

La ligne Marseille Pertuis et la ligne des Alpes bénéficient de matériels les plus modernes

 

Au XIX° siècle, nos anciens avaient construit une gare avec de formidables installations (triage, rotonde d’entretien, possibilité de quais très longs etc.…) qui devraient permettre aujourd’hui d’intensifier le trafic voyageurs dans une optique régionale et de remettre en place l’activité marchandise aujourd’hui volontairement délaissée pour le “tout camion”.

Le service public ferroviaire à Pertuis a toujours été un fer de lance pour notre ville la rotonde de Pertuis a employé jusqu’a plus de 100 cheminots du temps du “tout vapeur”, bien entendu le mode de traction ayant changé, la rotonde et les ateliers de réparation “vapeur” ont disparu, mais de très importants atouts devraient assurer un nouveau retour d’activité notamment pour du trafic marchandise, pour établir des ateliers de réparation et d’entretien.

​La réouverture de 2001 est due à la volonté populaire, il en sera de même pour son maintien maintenant.

Il est là bas

en terre lointaine

une régiment

dont les soldats

à chaque instant

risquent leur vie

Retour à l'accueil