COMPTE RENDU DE NOTRE RENCONTRE AVEC UN CONSEILLER DE M. le PRÉSIDENT DU CR-PACA

Faisant suite à nos nombreux courriers de demande de rendez-vous avec M. Muselier président du Conseils Régional PACA, la Région a enfin convié le CDSPSL mardi 25 juin pour une rencontre au sujet de la suppression des TER Marseille Pertuis pendant 4 ans. Nous avons rencontré M. Geffard et son adjoint (qui le remplacera dans un moi) dans les locaux du Conseil Régional.

 

Ce rendez-vous avait une importance capitale à nos yeux, tout d’abord les élus régionaux, responsables de la suppression de nos TER acceptaient enfin de s’expliquer et de discuter, mais aussi c’est la preuve de la crédibilité que nous avons acquise depuis le début de l’action, le CDSPSL devenant ainsi une entité responsable aux yeux des élus et un partenaire de négociation.

 

Un dialogue courtois s’est établi, nous avons en tout premier lieu évoqué conjointement nos points de discorde sur les engagements politiques ; nous avons ainsi affirmé notre désaccord sur les projets de privatisations, de changement de statuts des cheminots, sur les suppressions de postes d’agents et sur les conséquences dramatiques au niveau de la santé publique quant au choix du tout routier. (sécurité routière, conséquences des encombrements sur la diffusion des particules fines)

 

Des explications techniques sur la complexité des travaux qui ont conduit à prendre la décision de suppression de la liaison Marseille Pertuis (c’était soit la ligne des Alpes en entier, soit Meyrargues-Pertuis) nous ont été données. Nous avons mis en avant que de son côté, à la SNCF certains prétendaient que les travaux auraient pu être réglés en 1 an mais avec l’obligation de la fermeture total de la liaison Marseille-Aix comme cela s’est fait en 2008.

Nous avons aussi rétorqué qu’il y a plus de 50 ans lors de la réfection complète de la ligne Cavaillon-Pertuis avec dépôt des rails, remplacement des traverses, renforcement du ballast, malgré que l’on soit en voie unique en aucun moment les 4 aller-retour de convois (3 vers St. Auban et 1 de la messagerie locale) n’ont été interrompus.

Nous avons exprimé nos plus grandes craintes que l’interruption « provisoire » ne devienne en 2021 définitive, les petites lignes étant dans le collimateur de ceux qui cherchent la rentabilité à tout prix au détriment du service public et de la double question climatique et environnementale.

 

Nous avons aussi expliqué les grands problèmes du trafic TER Pertuis-Marseille.

Tout d’abord la configuration de la gare prévue à l’origine (1872) pour une liaison Avignon-les Alpes puis un projet Avignon-Nice avec « embranchement » vers Marseille.

Le fait de la faire travailler uniquement en terminus de Marseille-Pertuis ne peut pas lui assurer le plein emploi de ses importantes structures, pourtant indispensables compte tenu de l’évolution de la situation démographique et économique de la région PACA

 

Ensuite, nous avons dénoncé le subventionnement irresponsable par la CPA des bus Pertuis-Aix décidé dès novembre 2001 qui est une décision politique dans le but évident de contrer le développement de la liaison Marseille Pertuis qui a établi une concurrence déloyale et plus que sauvage.

 

Un point sera demandé quant à la régularité de la navette assurant la liaison entre la gare Pertuis et celle de Meyrargues.

 

Nous avons demandé qu’eu égard que la ligne Pertuis-Cavaillon-Avignon existe ne serve que pour le fret, que soit rétabli la liaison vers Avignon-TGV. Les rails existent, ils supportent des convois très lourds, donc peuvent convenir à des passages de TER, qui sont eux plus légers. Sans oublier les récents travaux du pont en gare de Pertuis sur la RD 956.

 

 

Nous avons également souhaité que lors du rétablissement du trafic les horaires soient adaptés afin que la liaison vers Veynes-Briançon ou Veynes-Grenoble soit rendue possible par des horaires de croisement « intelligents » en gare de Meyrargues entre les Marseille Pertuis et « les trains des Alpes ».

 

Nous avons voulu exprimer notre désaccord sur les suppressions de postes d’agents aiguilleurs, guichetiers, qui non seulement gênent un bon fonctionnement mais aussi créent une gêne pour les usagers, et désertifient l’espace public de toute gare.

 

Enfin, mais là, dans le cadre d’une politique nationale, Pertuis est une des rares gares de la Provence à offrir une possibilité d’un important triage de fret, eu égard la pollution engendrée par le stupide et dangereux « tout camion », il semble important de reconsidérer cette possibilité.

 

Nous avons aussi signalé que dès le 1 juillet les trains des Alpes s’arrêtant à Meyrargues (interruption de la liaison pendant 4 mois), seront refoulés vers Avignon pour la maintenance, donc tous ces trains passeront à vide à Pertuis.

Nous avons proposé de profiter de cette opportunité pour créer une liaison estivale Briançon-Pertuis-Avignon. Notre proposition a été jugée intéressante, sera-t-elle retenue ? À noter que la circulation des rames à vide était totalement ignorée de nos interlocuteurs. D’ailleurs, nous les avons cordialement invités à venir voir sur place l’ensemble des installations.

 

Nous avons insisté sur 2 points qui justifient le Service Public ferroviaire.

D’abord les dessertes permettent un désenclavement des régions les plus reculées et les plus éloignées des grandes villes. Certes elles ont un coût, c’est en ce sens que la solidarité financière doit être là pour concrétiser la solidarité humaine, afin que tous profitent des progrès de la civilisation. Il faut considérer cet effort comme un investissement.

 

Les profits engendrés par les grandes gares, par les TGV doivent être réinvestis dans des lignes de moindre fréquentation mais qui assurent un maillage important. Ensuite supprimer la convergence des lignes régionales vers les grandes gares affaiblira d’autant « les trafics grandes lignes » par la perte de voyageurs, qui déçus de la desserte locale se tourneront irrémédiablement vers la route.

Et ça contrairement à ce que claironne la Chambre Régionale des Comptes pour qui le mot solidarité semble exclu de son vocabulaire et ne conservant que celui de rentabilité financière à court terme.

 

 

Ensuite et la période de canicule qui augmente la pollution conforte notre remarque, le train (même en traction Diesel) pollue 10 fois moins que la route, nous avons fait remarquer combien il est amusant que depuis lundi les préfets du 13 et du 84 incitent les gens à laisser voitures et camions pour utiliser les transports en commun dont le ferroviaire, alors que justement on ferme des lignes comme Marseille Pertuis ou pire qu’on profite de l’été pour fermer la ligne des Alpes.

 

Nous avons insisté sur le fait que la Santé Publique est un problème de premier plan, l’extension du ferroviaire aussi bien pour les voyageurs que pour le fret donnera d’immenses moyens pour se maintenir la limite du réchauffement au fameux 1,5 degrés. Tout le Monde le sait et le dit, alors commençons de suite.

 



Le départ en gare de Meyrargues
Les RÉPONSES

Pour la tarification point essentiel pour l’établissement d’une liaison durable, nos interlocuteurs, nous ont assurés être conscients de ce problème, qui est aussi relevé par la Municipalité de Pertuis, mais ils nous ont expliqué que la région ne peut pas s’interposer dans un subventionnement voulu par une collectivité (concurrence libre et non faussée ?), par contre si des aménagements comme la carte Zou, comme les journées Day Pas et d’autres abonnements quotidiens (scolaires et/ou seniors par exemple) ont été mis en place, leur succès est incitatif à poursuivre dans ce sens.

Il est évident que la gratuité des transports locaux et régionaux comme de plus en plus de gens le souhaitent serait alors la meilleure solution.

Pour la liaison vers Avignon, elle a surpris nos interlocuteurs qui connaissaient mal semble-t-il la possibilité existante d’une liaison Avignon-Pertuis sans réaliser des travaux pharaoniques.

 

 

La Région, en tant qu’autorité de régulation, face aux moyens et contraintes, s’est fixée comme objectif de mettre plus de trains là où il y en a besoin et s’autorisera à faire appel à la concurrence.

 

Les Conseillers nous ont rappelé les efforts effectués par la SNCF depuis la signature de la nouvelle convention, pour assurer une régularité des circulations, des améliorations sur les trains supprimés ou en retard ont été apportées, d’autres encore seront mises en place. Les doublements de voies entre Aix et Marseille devraient permettre d’améliorer cette situation en augmentant le trafic.

 

 

À titre de conclusion, il nous a été confirmé le retour des TER à Pertuis en octobre 2021.

Bien que rien n’empêche aujourd’hui le retour immédiat des trains sur la ligne Marseille-Aix-Pertuis ce qui répondrait à la triple crise des transports par la route, à la canicule et à la pollution, le CDSPSL restera très attentif à l’évolution de la question du ferroviaire en gare de Pertuis.


Les jeunes sont avec nous
Retour à l'accueil